Mairie de Lupé

Commune du département de la Loire (42) – France

Compte-rendu Réunion publique du 28 août 2019

Réunion publique du 28 août 2019 organisée par la Mairie de Lupé

Thématiques de cette réunion :

  • La création d’une vraie centralité
  • Les salles des fêtes dans la commune : rénovation, création ?
  • La sécurisation de la Départementale D 503 qui traverse Lupé.

42 personnes avaient répondu à l’invitation et étaient présentes.

L’idée centrale était de solliciter les avis des citoyens sur ces thématiques. Le Conseil Municipal y a déjà réfléchi mais il ne saurait être question que des projets essentiels comme cela, soient décidés sans l’avis des habitants de la commune.

Ce sont des projets auto-financés a précisé le Maire, M. Chériet. Il n’est pas question d’augmenter les impôts pour les réaliser.

M. Le Maire a obtenu des promesses de subventions, de la Région et du Département. La commune avait contracté un emprunt bancaire qui n’est pas entièrement utilisé à ce jour et sera donc investi dans ces projets.

Par ailleurs la commune souhaite vendre le Presbytère (un compromis de vente va être signé) et le terrain communal du Montagnon.

1 – Centralité du bourg

Le souhait de la Mairie est de renforcer le City où se trouve le terrain de basket, proche de la mairie.

Certains habitants se demandent si c’est un bon endroit car la départementale le longe et que c’est donc dangereux, surtout que les ballons risquent d’aller sur la départementale. Le maire répond que, de toute façon, il y aura un muret le long de la départementale en ce cas.

Où faut-il mettre le parking, près du City ou sur près du tennis ? Quel endroit contient le plus de places pour les voitures ? et ne vaudrait-il pas mieux déplacer le City vers le tennis car il y a plus d’ombre et que c’est un plus bel endroit, plus calme que le City actuel (terrain de basket à gauche de la mairie) ? La mairie a évoqué l’idée de supprimer la haie le long de la route de Bessey sur la droite pour récupérer des places de parking. Ne pourrait-on pas aussi partager le terrain de tennis en deux, avec des places de parking et des jeux d’enfants de 0 à 6 ans, en laissant le City où il est, pour des enfants plus âgés ou adolescents.

Car sur le City il manque des jeux pour enfants de toute façon.

L’accès au City se fera par la départementale ou par la route de Bessey ? n’est-il pas plus judicieux et moins dangereux de le prévoir par la route de Bessey ? et ne vaudrait-il pas mieux proscrire tout accès par la départementale ?

Ne pourrait-on pas agrandir le City en rachetant le terrain qui est à côté près de chez Melle Vallot ? la mairie répond que c’est dans une zone constructible, en zone UC coûteuse, donc cela ne paraît pas envisageable.

Certains participants demandent aussi si on ne peut pas créer un rond-point en haut de la rue du Montagnon, près de l’ancien lavoir, qui sécuriserait la départementale en obligeant à ralentir et en faisant un vrai centre (un peu plus bas que l’auberge). Malheureusement répond le Maire, qui y avait pensé avec le Conseil, c’est beaucoup trop onéreux.

En revanche il est prévu d’agrandir ce carrefour et de créer un parking agrandissant celui qui existe déjà.

2 – Salles des Fêtes

Il existe actuellement trois salles : la salle Jean Dasté dans la cour de l’école, la salle EREA attenante à la cantine (laquelle n’est pas aux normes), en-dessous de la mairie et la salle Jean Ferrat, à gauche de la Mairie. C’est beaucoup pour une petite commune, de surcroît il est urgent de démolir la salle J.Dasté, vétuste et qui contient de l’amiante. Est-il nécessaire demande le Maire, de garder trois salles des fêtes bien que celles-ci fournissent toutes des revenus à la commune ? Cela est coûteux et peut-être excessif.

La Mairie songe à agrandir la salle J. Ferrat qui manque de réelle cuisine et de vestiaire. Un habitant de Lupé suggère que l’appartement au-dessus de la mairie, indiqué par M. Chériet comme appartement à louer car non utilisé actuellement sauf pour stocker quelques archives, soit relié par un escalier à la salle des fêtes J. Ferrat et devienne un lieu d’investissement pour une vraie cuisine et un vestiaire et même une cantine pour les élèves de l’école. En effet la salle J. Ferrat ne dispose que d’un four pour réchauffer les plats et d’un évier ainsi que de quelques placards pour la vaisselle. Les tables et les chaises sont actuellement au vu et au su de tout le monde.

En ce cas, la salle J. Dasté, qui serait démolie de toute façon, pourrait devenir une salle de réunions pour les associations et une salle de motricité pour l’école mais cesserait d’être une salle des fêtes. La salle EREA à mettre aux normes car le Département a indiqué qu’elle ne l’était pas en termes d’accès ou d’évacuation, pourrait demeurer une salle des fêtes supplémentaire

Actuellement la mairie loue souvent au moins une salle des fêtes et dix week-ends par an, deux salles à des particuliers de Lupé ou d’ailleurs car notre petite commune dispose d’un nombre relativement important de salles des fêtes à louer, compte tenu de la taille de notre commune.

Un habitant de Lupé suggère que le terrain où est actuellement la salle J. Dasté devienne le City , ou au moins, une réserve foncière pour l’avenir.

Le Maire répond que cela paraît difficile de prévoir ce terrain qui est tout proche de l’école, attenant à la cour de récréation, comme réserve foncière.

Il est dommage, de toute façon, signalent les participants, de ne pas mettre une salle de remplacement pour l’actuelle salle Jean Dasté, en mettant une salle de réunions et motricité pour l’école (la Mairie a déjà contacté une entreprise pour cela) et en améliorant la salle EREA pour laquelle il faudrait vérifier qu’elle est aux normes pour une salle de réunions et de motricité pour l’école.

3 – Sécurisation de la route départementale D 503.

La route départementale qui traverse Lupé, pose des problèmes importants de sécurisation, indique le Maire de la Commune.

Le Département, sollicité à ce propos, est déjà venu au moins deux fois, pour cette raison. Des responsables techniques ont parcouru la commune pour repérer les points névralgiques.

Un radar a été installé en 2017 et a indiqué que 2000 à 4000 voitures passent chaque jour et que 60% des voitures dépasse les 50 km/h requis. 10% dépasse même les 70 km/h…

Un diagnostic sera fait en octobre prochain par le département, pour proposer des solutions. Ce diagnostic coûtera 1par habitant, soit 312€ et les travaux devraient commencer début 2020.

Des habitants pensent qu’il faut deux radars pédagogiques, l’un à l’entrée de Lupé quand on arrive de Maclas et l’autre dans le bas de Lupé en descendant vers St Pierre de Bœuf.

N’est-il pas possible de mettre un dos d’âne dans le bas de Lupé, où la route est étroite et la visibilité très mauvaise demandent les habitants ? on ne peut pratiquement pas sortir de chez soi, disent-ils.

En dehors de cette zone du bas, deux autres endroits sont accidentogènes : près du gîte du Petit Loup, proche de l’école, et dans le haut de Lupé, près de l’auberge à partir de laquelle les automobilistes prennent de l’élan pour accélérer.

Le Maire répond qu’on ne peut pas mettre des dos d’âne partout. On ne peut d’ailleurs en installer qu’après avoir fait ralentir les automobilistes (avec un panneau indiquant 30km/h).

Mais on peut rétrécir la chaussée par des marquages au sol, faire installer des feux qui passent au rouge quand les passagers dépassent les 50km/h requis (une des participantes de la réunion en a vu dans d’autres communes).

Les radars pédagogiques semblent efficaces car obligeant à prendre conscience de sa vitesse.

Le Maire et son équipe attendent la visite du Département qui va faire un diagnostic et faire des propositions concrètes pour lesquels l’équipe tiendra les habitants au courant.

Il a été évoqué aussi l’installation de coussins « berlinois », sorte de ralentisseurs différents du dos d’âne. L’équipe municipale y a déjà pensé, certains citoyens le signalent aussi. Mais un motard fait remarquer que c’est dangereux car on dérape avec une moto, sur les parties biseautées, surtout s’il a plu.

Certains participants préconisent aussi d’éteindre les lampadaires la nuit pour obliger les automobilistes à ralentir. Mais c’est une politique de la mairie de ne pas tout éteindre la nuit, les habitants ne se sentant alors pas en sécurité pour d’autres raisons. Le Maire signale que l’éclairage nocturne baisse déjà de moitié à partir de 23h.

Quoiqu’il advienne, le Maire et son équipe attendent les préconisations du Département dont quelques représentants compétents sur ce sujet, pour prendre des décisions, en concertation avec les techniciens départementaux.

Toutes ces échanges se sont passés calmement, et ont permis d’enrichir les réflexions déjà entamées par l’équipe municipale qui tiendra compte naturellement des diverses remarques, à condition que ce ne soit pas trop onéreux et que ce soit réalisable techniquement.

Le Maire et son équipe remercient les participants pour leur présence et ces échanges constructifs et ne manqueront pas de faire des retours sur ces projets évoqués et discutés ensemble.

Christine de Saint Laurent

Publicités

Information

Cette entrée a été publiée le 17 septembre 2019 par dans Actualités, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :