L’histoire du village

Le site fut d’abord occupé par une villa gallo-romaine : Villam Lupoicam. Lupé apparaît dans l’histoire à travers quelques dates. À l’époque mérovingienne, en 665, un des premiers seigneurs de Lupé, Valdebert, assiste son parent, saint Ennemond, archevêque de Lyon, dans ses derniers moments.

On retrouve mention en 1066 d’un seigneur de Lupé, Guigo Falasterius, dans le cartulaire du monastère de Saint-Sauveur-en-Rue. Cette noble famille Falasterius (nom francisé en Falatier) fait construire le castrum à la fin du XIIe siècle et le conserve pendant plus de cinq cents ans en le transmettant toujours par les femmes.

La dernière descendante des Falatier, Louise, épouse un seigneur voisin, Gastonnet de Gaste qui, chambellan de Charles Ier de Bourbon, comte de Forez, en obtient les droits de moyenne et haute justice pour sa seigneurie de Lupé. Leur fils fut chambellan du roi Louis XI et leur petit-fils, chambellan du roi Charles VIII.

Le personnage le plus marquant de cette famille fut Marguerite de Gaste de Lupé, d’une rare beauté, qui inspira Honoré d’Urfé pour son roman L’Astrée. Son frère Anne d’Urfé, poète, très amoureux de la dame lui dédia de nombreux vers. Mais c’est Jean d’Apchon, baron de Montrond, qu’elle épousa en 1570. Restée veuve, elle se remarie en 1580 avec Aymard de Grolée-Mouillon, baron de Bressieu en Dauphiné.

De leur union va naître Catherine qui transmet en 1598 la terre de Lupé à son mari Rostaing de la Baume, comte de Suze. Commence alors pour Lupé une période de fastes et de splendeur. Les différentes alliances par mariage ont fait des descendants des Falatier, des personnages riches et titrés. Ils vivent entre leurs cinq châteaux : Lupé, Rochefort, Bressieu en Dauphiné, Montrond en Fôrez et Suze la Rousse, en Provence. Cette période de prospérité dure pendant tout le XVIIe siècle.

source : wikipedia

…racontée par Emmanuel de Saint-Laurent

Les origines

par Emmanuel de Saint-Laurent. Dans la masse des écrits relatifs à l’histoire de notre village, plusieurs hypothèses sont avancées pour justifier son appellation de Lupé. La plus ancienne rapporte que Marcus Rutilius Lupus, préfet de l’annone de 107 à 113 (c’est-à-dire responsable de l’approvisionnement en nourriture de la ville de Rome, notamment de la « soudure » […]

A travers les siècles

par Emmanuel de Saint-Laurent. Lupé entre pour de bon dans l’histoire vers 1066. À cette date, le seigneur du lieu, Guigue Falasterius (1), commence à faire construire un camp fortifié – ou castrum – sur l’emplacement actuel du château. Plusieurs siècles plus tard, aux alentours de 1420, sa descendante Louise Falatier (le nom s’est francisé dans […]

Entre l’histoire et la légende : les classiques du genre

par Emmanuel de Saint-Laurent. Dans les rétrospectives historiques, il est très souvent mentionné que les lieux auxquels on s’intéresse ont été le siège d’une principauté plus ou moins nébuleuse. Lupé n’échappe pas aux règles du genre, puisque cette mystérieuse entité est mentionnée dans plusieurs ouvrages anciens. Mais en pratique, rien n’en confirme l’existence ni la […]